FANDOM


Note du traducteur

Traduit de l'elfique par Dame Divague de Perle-sur-mer

Poème écrit dans le siècle cinq ou six, issus du conte populaire de La Nymphe Maudite. La version elfique est plus clair sur la différence des couplets chantés par la nymphe et les couplets de la narration, mais la langue mysthaine ne permet pas de représenter cette différence. La rime a été travaillée afin de conserver le maximum de rythme et de la mélodie naturel du poème original.

Poème

La plus belle de toute

maudite sans aucun doute,

elle qui avait imploré la déesse de la beauté

afin d'être plus belle que tout ce qui a été

attention mon enfant,

dit la déesse du Levant

même la plus grande qualité est lourde à porter

aucune qui me l'ont demandé, n'ont pas essayé de le retourner

la plus belle je serais

demande-moi tout ce que j'ai

jamais je ne voudrais la rendre, prend ton offrande

je la veux sans attendre, quels sont tes attentes

le don que tu auras, ô grand jamais ne périra

tu obtiendras tout ce que tu veux,

du plus fort, du plus beau ou vieux

des femmes tu seras la plus enviée

tu attiras la jalousie, le désir et les bontés

plus personne ne pourra résister

à ton regard plein de majesté

J'accepte grande déesse, J'accepte mère.

moi qui est votre prophète, c'est pour ça que je suis faite

et sans friction, je me plis à vos conditions

je me tiens devant vous, prête pour votre onction

attention mon enfant,

dit la déesse du Levant

car ta beauté sera grande, jamais ton coeur ne se fera  entendre

jamais il ne s'emballera à l'unisson, des joies d'une union

toi qui sera aimée de tous

la plus belle de toutes mes pousses

qui pourra tout choisir, qui pourra tout acquérir

pour une beauté indécente, ton coeur sera l'offrande

la nymphe un siècle durant

parcourra le monde, alla et venant

se couva d'or, recu de ses amants tout les trésors

après  peu de temps, pour voir ce qui lui manquait tant

elle qui avait à ses pieds

les monts et les vallées

avait pour tous les autres êtres, qu'un ressentiment amer

à ses yeux tout était laid, plus rien ne le satisfaisait

elle réunit tous son trésor, le brula pour se faire entendre

de l'or fondant, un esprit bienfaiteur la regardant

lui dit ce qu'elle voulait se faire dire

l'esprit lui lu l'avenir, comment se repentir

tu aimeras qu'une fois, celui qui verra le vrai en toi

ta beauté ne l'affectera pas car jamais il ne te verra

celui qui va t'aimer, aura offert ses yeux pour la vérité

un prophète comme toi, remplis d'amour et de foi

un aveugle trouva la nymphe,

le séduire n'allait pas être simple,

comment être aimé de celui qui voit que la vérité,

un trou agrandi où l'amour devra se lover

Attention mon enfant,

à ce que vous pouvez souhaitez.

vivez heureux, toute une vie durant

Rien ne vaut ce que les dieux nous ont donné

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard